CORPS 2 
                                             Peinture, Sculpture

                     Victor CANIATO                                       Françoise DONIS
 

                Jacques DROUIN                               Gérard GASQUET                                     

                              Bachir HADJI                                                  Delphine MOGARRA 

   
                                   CORPS 2 / du samedi 12 août au dimanche 15 octobre
                          
      O
uverture du jeudi au dimanche de14h à 19h  En août : ouverture tous les jours de 14h à 19h  sauf le lundi 
                                                               sur rendez-vous (06 85 05 80 38 // 06 83 97 37 02)

                                                                                                                                                             O

                                                                                       Victor CANIATO

                                    Françoise DONIS 

                                                    Jacques DROUIN

                                   Gérard GASQUET

                                                                                                       Bachir HADJI

                                                                                                                                                             Delphine MOGARRA

   
                                   CORPS 2 / du samedi 12 août au dimanche 15 octobre
                          
      O
uverture du jeudi au dimanche de14h à 19h  En août : ouverture tous les jours de 14h à 19h  sauf le lundi 
                                                               sur rendez-vous (06 85 05 80 38 // 06 83 97 37 02)

                                     O O O

 

                                                        CORPS 1
 

 

       Francis Olivier BRUNET                    Christine CELARIER                  Michel CHARPENTIER 

       Delphine CARAZ                              Marjolaine LARRIVE                 Patrick LOSTE  
                                                                  Secrètes Savonnettes

 


                                                               joel-peter witkin

                                                          avec la complicité de la galerie baudoin lebon - Paris

 

<< Nouvell                                               e                  zCORPS 1  / du jeudi 18 mai au dimanche 16 juillet    one de texte >>

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

                        Le Parcours de Sculptures  

                                  pointe d'or

 

 

 

du 18 Mai au 15 Octobre 

ouvert uniquement sur RDV au 06 85 05 80 38 du 25 juillet au 12 août 

 

   

Le parcours de sculpture est une balade qui prolonge vers l’extérieur, le plaisir de la découverte des lieux d’exposition. Il nous conduit vers la citerne de l’aqueduc qui, avec le temps, est devenu un jardin sauvage et luxuriant, investi tous les étés par les artistes  du collectif. Cette année ils nous proposent une installation originale autour des chaises de jardin.

 

 
Le bassin, abandonné dans son enceinte de pierre depuis des décennies, est devenu le plus extraordinaire des jardins. Intitulé « POINTE D’OR, il nous ramène à l’origine des jardins clos de la Perse antique.
Là, dans cet écrin végétal, rien n’a été semé, rien n’a été planté. Les artistes du collectif ont simplement tracé quelques chemins au détour desquels il est possible de découvrir, çà et là, leurs œuvres subtilement intégrées. 

 

Victor Caniato

pour le Collectif

 

 
 
Mireille Fulpius, sculpteure, vous ouvre le chemin du Parcours de sculptures. Bertrand Merlier vous offre une installation sonore.
Pointe d'Or - Victor Caniato
" INTERMEZZO"   du 25 juillet au 30 août  La Grande Galerie  vous reçoit  uniquement sur rendez-vous pour vous présenter les œuvres        des artistes du  collectif   Victor Caniato  Christine Célar Pointe d'Or -Christine Célarier
Pointe d'Or - Jacques Drouin
Pointe d'or - Brigitte Dykman
Pointe d'or - Catherine Perrier
Pointe d'or - Jean-Guy Paquet

                            Histoire d'eau (installation sonore) - Bertrand Merlier

                                    Energie, mouvement, transparence, fluidité…

         L’eau est aussi mémoire ; mémoire d’un lieu ou d’activités humaines.

   

                                                                              O                                                           

 

 

                                                        CORPS 1
 

 

       Francis Olivier BRUNET                    Christine CELARIER                  Michel CHARPENTIER 

       Delphine CARAZ                              Marjolaine LARRIVE                 Patrick LOSTE  
                                                                  Secrètes Savonnettes

 


                                                               joel-peter witkin

                                                          avec la complicité de la galerie baudoin lebon - Paris

 

                          Francis Olivier BRUNET

Francis-Olivier Brunet

Déshabiller la nuit
39,5x17,8 cm

 

Fragments lumineux

Comme surgi de l ‘obscurité le corps mis à nu s’offre sans retenue.

Sur le fond noir, un visage. (…)

Ce peut aussi être un corps. Ou des fragments de corps, un bras, un torse, une cuisse. Toujours sur un fond obscur, noir comme la suie, qui tranche avec l’éclat  quelque peu surnaturel au cœur duquel se révèle une présence. Comme une apparition. Comme si l’artiste avait un bref instant embrasé la scène -le craquement d’une allumette, l’éclair d’un flash- avant de laisser la pénombre la recouvrir. La nuit finit par avoir raison de tout, semble-t-il suggérer, mais il nous montre à quel point l’éclair d’un regard peut la vaincre parfois, même pour un temps très court. Voici donc la condition humaine perçue par Francis-Olivier Brunet, voici notre destin pris dans les rets du faisceau lumineux.

« Dans ses peintures, les corps se révèlent comme des pulsions lointaines venues des commencements. Ces corps sont signifiés par une sûreté gestuelle, des couleurs réduites presque monochromes et des matières qui se superposent » écrit Véronique Philippe-Gache.

« Son univers est peuplé de créatures semblant venues d’une région mal définie qui serait limbes ou ténèbres, silhouettes à la fois précaires et fragiles, lourdes de tout le poids de leur humanité passée, envoyées par le peintre à notre rencontre, avançant péniblement, sujets en puissance ou en impuissance, aux membres dystrophiques ou frappés d’agénésie, aux gestes tremblés, amorcés… »

Et force est de reconnaître que cette œuvre creuse au fond de l’image même du corps pour y dénicher l’âme originelle, ses pulsions secrètes, ses angoisses irraisonnées, son insondable solitude. Le propos est en effet essentiellement monochrome, parfois surligné de taches de couleurs. Monochrome parce que décidé à saisir au plus près la vérité de l’enjeu qui se révèle à nous, à fleur de toile : la vie oscille entre ombre et clarté et ne peut s’affranchir ni de l’une ni de l’autre.

Ludovic Duhamel

Miroir de l’Art n°17

 

                               Christine Célarier 

Miserere - 30 x 40 cm - 6 pièces murales - techniques mixtes 
 

Miserere
Ici des soleils acides explosent nos cœurs.  Des lunes faméliques laminent nos esprits.  La terre est devenue un ventre vide que l’acier occupe.   Là bas peut être ? Crois-tu que là-bas le ciel est ouvert ?  Gardons au fond d’un sac un mouchoir et quelques coquillages.  Un peu de sable dans la poche d’une chemise élimée.   La mer emporte ou absorbe.  Ses entrailles salées expulsent le rugissement des chimères. La mer rejette sur des grèves glacées ses âmes désolées.  Miserere…ayez pitié de nous ! 

 

Pour l'exposition « Corps 1 », Christine Célarier propose deux œuvres. 
    Une installation. « Une infinie tendresse » évoque l’animal et l’humain dans une relation équivoque entre le sommeil et la mort où « le temps retient son souffle » comme l’écrit Catherine Perrier dans un texte de présentation.
     Une série. « Miserere » évoque l’homme confronté à la souffrance d’un exil obligé.   
Dans l’une et l’autre, ce sont les corps qui nous parlent. Leurs représentations prennent le parti de la douceur avec calme, délicatesse et détermination. 
Dans l’une et l’autre, la forme est poétique, allusive sans occulter la vive rudesse du réel. 
                             
christine-celarier.com 

                                Michel Charpentier 

 

« En sculpture, ce qui est important c'est la cause, par exemple, si j'ai fait une série de chiens c'est que je me suis fait mordre par un cabot !

Mes cantatrices sont nées de mon amour pour la voix et de mon incapacité de  chanter.

La sculpture c'est physique. Il y a un véritable effort, l'enjeu est formidable.

 

Il faut transformer le rêve à l'état solide.

Ce sont des fantasmes, des obsessions qui reviennent et que je capte.

 

Dans une sculpture vous pouvez exprimer des contradictions. Il peut y avoir de l'angoisse et de l'humour, une certaine sensualité et une certaine pudeur.

 

L'art c'est la façon dont on dit la chose.

Le grand Art est mystique !

Le guerrier de Capestrano est mystique.

La vénus de Cnide est mystique.

Lascaux c'est mystique.

L'œuvre terminée, subsiste le doute. »

 

Charpentier 2017

                                   Delphine Caraz

Delphine Caraz

1574x1773

 

Mise en forme

Je mets en jeux, des choses qui m'interrogent, qui m'échappent.
 Chaque pièce rend compte d’une rencontre, d’une émotion, que je tente de rendre physiquement.
Je peux par exemple partir d'une forme en tissu que je remplis très densément des chutes de papier, de fils, de tissus nécessaires à son élaboration, de tout ce que je mets dans la corbeille de l’atelier et également élaboration, de tout ce que je mets dans la corbeille de l’atelier et également de vêtements que je découpe. Je tasse le plus possible jusqu' à modeler la forme désirée. Le tissu craque, je reprise. La densité, la dureté de l’intérieur rend fragile la peau extérieure.
J’aime cette tension qui apparaît. 
Le temps d’exécution, long, participe à la construction de la sculpture, tout ce faire entre à l’intérieur d’elle, l’élaboration du projet est liée à sa fabrication. Il y a un jeu entre moi, mes gestes, et la sculpture en formation.
Je travaille par couches, je ne veux pas tout dévoiler tout de suite. Je tente de jouer sur ce que l’on voit au premier regard, que l’on peut distinguer par transparence, et ce qui est caché, l’intimité, le secret. Je peux également réaliser des broderies sur un fragment de taie d'oreiller avec de la laine d'Aubusson ou piquer un motif sur des cartes de papier, que je viens suivre ensuite au point arrière...  

 

                       Marjolaine Larrivé          -                                 Secrètes Savonnettes 

 

Secrètes Savonnettes

Vétiver. Santal. Freesia.

Savonnettes et savons sont les témoins intimes d'une époque révolue où le pain de savon était un élément prépondérant du corps et du quotidien.

Résolument érotiques, ces bas-reliefs sculptés aux multiples nuances d'ivoire redonnent des lettres de noblesse à un objet à demi effacé : tentative de rétablir un équilibre en perdition - et sauver tout ce qui peut être sauvé.

 Entre public et privé, une présence ténue s'incarne,

à fleur de peau.

 

                                     Patrick Loste

Patrick Loste

Cavalier, toile libre ; 200x150cm.

 

C’est aux frontières que l’on trouve le plus souvent Patrick Loste. Entre la France et l’Espagne, bien- sûr. Entre la représentation et l’abstraction, toujours. Dans une sorte d’écotone où se côtoient la plupart du temps végétaux, hommes et animaux. Echappant à la simplicité et à la rigidité des catégories, il donne à voir le monde non pas comme il le conçoit mais tel qu’il le vit, le reçoit et le perçoit. Pour nous livrer cette perception, sa peinture n’a nul besoin de tricher car ce monde, c’est le sien : la Serra del Cadí, des arbres, un paysage des Corbières, des cavaliers... Ce qu’il peint est d’autant plus vrai qu’il n’enlève ni n’ajoute rien à ce qu’il voit ; d’autant plus riche qu’il se garde bien de choisir et embrasse la réalité dans tout ce qu’elle offre, dans toute sa complexité et s’il le faut avec ses contradictions. Patrick Loste vit et peint aux lisières, aux frontières en ce sens qu’elles ne séparent pas mais rassem- blent, n’excluent pas mais comprennent ce qui les environne. Parce qu’il ne triche pas dans sa peinture comme dans sa vie, parce qu’il ne nous laisse d’autre choix que celui de dépasser les frontières exclusives et les oppositions stériles, Patrick Loste nous aide à mieux comprendre tout ce qui nous entoure.

 Romain Jalabert

                                joel-peter witkin                                          avec la  complicité de la galerie baudoin lebon

                                              Venus and Eros in the Purgatory , New Mexico, 1981      Copyright : Joel-Peter Witkin   Courtesy : baudoin lebon

Paris, le 23 mars 2017

Joel-Peter Witkin: inutile de le présenter 

 

Son oeuvre a été longtemps contreversée ; beaucoup moins aujourd'hui.

Comment classer son travail ? Difficile ; et pourquoi,d'ailleurs, le mettre dans une case ?

 

La philosophie de Joel-Peter Witkin :

 

          - Les canons de la beauté ne sont pas uniquement ceux de la Renaissance,

          - Son inspiration passe par la digestion de l'Histoire de l'Art ( essentiellement occidental ; Joel-Peter Witkin considérant que les cultures africaines, asiatiques ou sud-américaines sont étrangères à la culture et à l'éducation qu'il a reçues),
          - La mort fait partie de la vie, d'où l'intégration, dans ses compositions, de parties de corps, cadavres ou squelettes qui parfois sont photographiés en compagnie des vivants.

Enfin, Joel-Peter Witkin est un grand mystique dont la spiritualité se dégage de plus en plus, au fur et à mesure de son avancement en âge. Son travail reflète de mieux en mieux sa sérénité croissante.

 

On peut ajouter que c'est un visionnaire et un spectateur critique de notre société occidentale en décomposition. 

L'ensemble choisi dans cette exposition reflète au mieux, je l'espère, les quelques lignes ci-dessus.

 

Baudoin Lebon
 

 

 

                                                                                                                                O
 

           livres, videos, pièces de théâtre, conférences, concerts,  
                                             offerts au public en 2017

 

                                                                                                             L'HOMME PERDU 

A propos de « L’homme perdu » / le court métrage et le livre

 

Peut-on parler avec douceur et apaisement de sujets graves?

Peut-on évoquer la perte de soi et de l’autre sans tomber dans le pathos ?

Peut-on transformer un vécu en acte artistique?

Peut-on mêler délicatesse et crudité des sentiments ? 

Peut-on révéler la dimension poétique d’un récit du quotidien ?

Peut-on vivre cette mutation artistique avec une joyeuse légèreté ?

Peut-on dire que cet « homme perdu » permet la rencontre avec les autres ?

 

À toutes ces questions, je réponds OUI et sans hésiter !

 

Christine Célarier

www.christine-celarier.com

 

        

 

                 Court métrage de L'HOMME PERDU à LA GRANDE GALERIE  - 
                                   le samedi 15 juillet 2017. [20 h]

         sur une idée originale de Patrice Giorda      Réalisation / Gilles Framinet

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La Grande Galerie